mardi 20 mai 2014

La Symphonie des Abysses (Carina Rozenfeld)

Titre : La Symphonie des Abysses (Livre 1) 
Auteur :  Carina Rozenfeld
Genre : Fantastique
Série : La Symphonie des Abysses
Longueur : 457

Résumé :
Vous pensiez être au paradis ? 
Un gigantesque atoll, des plages de sable fin, une eau turquoise... Un mur infranchissable. 

Il vous faudra d'abord vivre en enfer : 
Article 1 : Tout contact physique, toute marque d'amour sont proscrits. 
Article 2  : Il est interdit de chanter, d'écouter ou de faire de la musique. 
Article 3 : Quiconque se livrera à ces activités illicites sera mis à mort. 

Vous n'êtes personne. Vous apprendrez à obéir. 

Et c'est un nouveau chef-d'oeuvre que Carina Rozenfeld signe et plante d'une plume acérée dans mon cœur, sans aucune hésitation ! Vous verrez sans doute souvent des livres de cette auteur dans mes chroniques, pour la simple et bonne raison que depuis La Quête des Livres-Monde et Phaenix (mon dieu que j'ai hâte de vous parler de celui-là !), je me fais un plaisir et un honneur d'acheter tous ses livres dès que l'un d'eux sort, mais également de compléter ma bibliothèque avec ceux déjà sortis. Et à chaque fois, c'est un pur plaisir que de découvrir ses univers, de marcher pour quelques (centaines de) pages - bien trop courtes à mon bout - aux côtés de ses personnages.

Concentrons nous pour l'instant sur cette Symphonie que j'avais encore hier entre mes papattes et que j'ai dévoré sans une hésitation. Par quoi commencer ?
Eh bien, j'avais parlé de personnages, prenons les choses par là ! Nous commençons donc par la Partition d'Abrielle, notre héroïne principale. Bon déjà un petit détour sur le nom que je trouve franchement très beau, mais ça c'est une question de goûts j'imagine. Cette héroïne a un caractère bien trempé mais sait mélanger avec brio ses forces et ses faiblesses, et c'est un véritable délice à lire. On la sent bouillonner d'une énergie qui a besoin de se libérer, qui ne demande qu'à sortir sous la forme d'un chant qui pulse en elle, mais enserrée par le carcan de sa communauté, c'est chose impossible. Je ne peux que la comprendre, enserrée dans des obligations et des lois qui lui semblent absurdes tant ce qui vit en elle est important, et forcé au final de se taire pour protéger ceux qu'elle aime.

Les autres personnages - sa mère, l'autre Guide, les villageois - sont criants de vérités dans la façon qu'ils ont de vivre et de réagir. J'aime surtout une réaction que la mère d'Abrielle a au tout début, ça fait du bien de voir en fin une mère qui s'inquiète réellement pour la chaire de sa chaire et qui décide envers et contre tout de la protéger. Un autre personnage qui hésite et bascule entre principal ou secondaire - Braden pour ne pas le nommer - m'a laissé un goût amer sur la langue. Il est ... je ne saurais le décrire totalement - et je ne le ferai pas pour vous laisser la surprise - mais je dirai simplement que la façon dont il bascule est presque dérangeante tant elle est compréhensive et presque proche de nous. Subir trop de poids, trop de responsabilités, et finir par craquer sous la pression qu'elles imposent... cela pourrait arriver à chacun de nous et c'est ce qui est si effrayant !
Il y a encore bien d'autres personnages dont j'aimerais vous parler, qui sont si bien décrits qu'ils en serrent le coup, mais je ne peux pas pour des raisons de "conservation de surprise" (ils apparaissent à un stade très avancé du livre) mais nyeeeh qu'ils sont bien écrits, vraiment !

L'univers dans lequel ces personnages évoluent est une sorte de subtil mélange entre la folie et la raison, mais tant à la fois poussé dans l'un et dans l'autre qu'on ne sait vraiment pas du tout où l'on doit se positionner, comprendre, ou voir la chose comme une aberration - et je pense que vous me comprenez ne serait-ce qu'en lisant le résumé. Pas de contacts, pas de musique ? Est-ce encore une vie ?
Je dois malheureusement mettre un bémol : Carina décrit admirablement bien "l'atoll" où vivent les personnages, et où Abrielle va évoluer, mais honnêtement, j'aurai aimé voir une carte de l'ensemble tant parfois, cela me semblait flou. Bien sûr, une carte "complète" aurait gâché pas mal de surprise, mais au moins ne serait-ce peut-être, qu'une partie de la carte (concernant les lieux de la première partie du livre) pour commencer ? J'espère vraiment qu'il y en a une par la suite, je ne suis pas une "assistée" pour imaginer mais là, je pense que ça aiderait pas mal en clarté...

Clarté, voilà un mot qui ne décrit pas franchement le scénario... rassurez-vous, c'est un compliment ! Ce dernier pour l'instant commence à apparaître doucement à mes yeux, à former lentement une partition pour reprendre le thème du livre, comme si les abysses laissaient filtrer un peu de lumière, mais il reste néanmoins flou et nébuleux, et c'est délicieux à découvrir. Tout au long de la première partie avec Abrielle, on cherche à comprendre, on formule des hypothèses, puis quand commence la seconde partie, tout s'effondre brusquement. On change de point de vue totalement, les repères sont perdus, et une partie enfin du résumé au dos du livre s'éclaire. (Vous comprendrez en lisant). Et alors que la seconde partie s'achève, des réponses sont soufflées, murmurées comme les abysses murmurent tout au long du livre. Et l'on peut, sans preuves tangibles, néanmoins commencer à échafauder des hypothèses sur ce que pourraient vraiment être ces "partitions" et cette symphonie qui offre son titre au livre. C'est vraiment une écriture de maître que je salue grandement. J'aimerais un jour pouvoir réussir à offrir ainsi des indices aussi subrepticement à mes lecteurs.

Ecriture, enfin. La plume de Carina est toujours aussi unique, à la fois douce et vive, imagée comme un album de jeunesse. Les métaphores ne manquent pas, et elle a un véritable don pour illustrer des moments peu évidents à décrire, qui se ressentent et se vivent plus qu'ils ne se racontent. Pourtant, elle n'a aucune peine à vous souffler à l'oreille la merveilleuse mélodie d'une forêt et c'est presque si je n'ai pas eu envie à ce moment là de stopper un instant ma lecture pour aller me percher dans les branches d'un arbre avant de la continuer. Enfin, une deuxième partie où l'on peut découvrir une audacieuse façon de décrire et d'écrire sous le point de vue de personnages un peu "différents", qui propose ainsi une véritable vision de ce qu'ils vivent, constamment en équilibre sur un fil entre deux versants. Sans vous en dire plus, je peux au moins assurer que c'est une idée presque de génie et qui offre l'opportunité de plonger avec délices dans des réflexions au sujet de psyché de certains de ces personnages, une chose que j'aime tout particulièrement - quand le livre, grâce aux réflexions qu'il offre, peut encore vous accompagner un moment.

En résumé, des personnages magistraux, une histoire qui même si elle parait nébuleuse, commence à se dévoiler peu à peu, un univers qui se laisse apprivoiser comme un courant d'air chaleureux vous accueille - tantôt angoissant tant qu'il enferme, tantôt aussi ouvert qu'une prairie ondoyante - et une écriture qui berce presque autant que la symphonie des abysses qu'elle propose de vous conter.
Alors, qu'attendez-vous ? Courez !


9/10


A noter que si la suite ne sort pas bientôt, je pense mourir de suspence ! 
Pour lire la chronique du tome 2, par ici !

2 commentaires:

  1. Une chronique qui donne envie de lire ce livre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup :) J'espère que du coup, le livre te plaira ! <3

      Supprimer